Florentine Mulsant, compositrice de l’année

À 61 ans, Florentine Mulsant a obtenu le prix de la « Compositrice de l’année » pour son œuvre « Le Chant du soleil », lors de la 31e cérémonie des Victoires de la musique classique qui s’est tenue ce jeudi 29 février au Corum de Montpellier. L’occasion de revenir sur le parcours de cette compositrice suresnoise solaire.

Florentine Mulsant associe talent, détermination et goût pour le travail. Et pour parfaire ces qualités, un sourire aussi communicatif que sa foi en l’art, le tout mis au service de ses créations musicales. Compositrice depuis plus de trente ans, suresnoise depuis 1996, elle a puisé dans un terreau familial favorable. Un père mélomane qui lui fait découvrir la musique classique alors qu’elle n’a pas dix ans, et une grande sœur qui joue du piano et lui parle musique. « J’ai tout de suite su que ce serait ma vie. Pas comme interprète mais comme compositrice », se souvient-elle. Ici le coup de pouce est signé maman. « Elle a présenté mes créations à un professeur de piano qui a tout de suite parlé de vocation », poursuit Florentine.

Le verdict est flatteur et sans appel : « Cette petite ne sait rien mais je la prends ». Suivront des années de conservatoire à Paris, avec plusieurs prix à la clef. Avec un credo qui n’étonne pas tant sa personnalité impressionne : garder son indépendance vis-à-vis de ses maîtres et développer son propre univers. Après un an à Boston, elle file en Allemagne et multiplie les rencontres, comme avec le compositeur Karlheinz Stockhausen. Sa carrière est lancée et s’enrichit de la musique des autres, notamment en concert. « La musique doit être écoutée en direct, elle prend alors toute sa puissance », confirme-t-elle.

D’Ouessant à Radio France…

Florentine élabore ses œuvres dans un dialogue permanent avec ses interprètes. Elle multiplie par ailleurs les résidences, à Ouessant notamment, les commandes, par exemple pour Radio France, et compte une dizaine de disques à son actif, alors que ses œuvres sont jouées partout en France et dans le monde. Touche-à-tout, on croise dans ses dernières créations une pièce pour sextuor à cordes ou une sonate pour piano. Quatre à six œuvres sont couchées chaque année sur ses partitions et rejoignent le catalogue de l’éditeur allemand Furore, qui ne met en valeur que des femmes, et dont Florentine est la seule Française vivante. « La relation entre un compositeur et un éditeur est très importante. On peut la comparer à celle qui s’établit entre un peintre et un galeriste. » D’ailleurs, si ses compositions peuvent être inspirées par la vie de tous les jours ou par ses voyages, elles le sont parfois par les toiles de Basquiat, Vermeer ou de Staël qu’elle admire. Florentine a même composé dix pièces pour piano à partir des poèmes d’un de ses fils, disparu.

… en passant par le conservatoire de Suresnes

« Le compositeur doit mettre en forme ses idées, comme un architecte, fixer le nombre de mouvements et la place des solos par exemple », décrit celle qui a dessiné les plans de sa maison, refaite de fond en comble lors de son arrivée à Suresnes. Pendant six ans, elle a animé un atelier de composition au conservatoire municipal. Si elle n’enseigne plus, par manque de temps, elle appréciait l’accompagnement des jeunes artistes. « Proposer, sans imposer. » La musique ? « Une exigeante et indispensable compagne de vie, qui m’apporte plénitude et bonheur émotionnel…»

Et la consécration : une victoire de la musique

Après l’annonce de son prix de “Compositrice de l’année” pour son œuvre “Le chant du soleil”, Florentine Mulsant confie qu’elle voit ce prix comme une “reconnaissance de la part des 300 professionnels et des 25 auditeurs de France Musique qui ont voté. Je le sens comme une reconnaissance de mon travail régulier, abondant, parce que j’aime composer, parce que c’est ma vie. Ça me remplit de bonheur et ça me donne beaucoup, beaucoup de joie.”

Florentine Mulsant est la quatrième compositrice à remporter cette Victoire. “Grâce à nos aïeules et à nos grands-mères, on peut maintenant composer et se faire connaître, en toute liberté, se réjouit la compositrice. Et je trouve que c’est très bien que la parité existe, puisqu’on était deux femmes et deux hommes en lice. Je trouve ça merveilleux et j’encourage toutes les femmes à avoir confiance en elles.”

Plus d’informations sur florentinemulsant.com
Propos recueillis dans le Suresnes magazine de juillet 2023 et mise à jour via France Musique.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×