Marina Bellot, nouvelle plume suresnoise

Le mot escroc ne se décline pas au féminin. En argot, on utilisera « arnaqueuses ». Pour son premier roman, la journaliste suresnoise Marina Bellot a choisi de conter les destinées extraordinaires de Maria Darcy, Marthe Hanau et Renée Saffroy, trois beaux spécimens d’arnaqueuses des Années folles.

La plume de Marina Bellot, les Suresnois la connaissent bien puisqu’elle collabore au Suresnes Mag depuis plusieurs années. Après un premier ouvrage « de journaliste » consacré en 2017 à l’homme de presse Jean-François Bizot, la jeune Suresnoise se lance cette fois dans un travail de romancière. « Au départ j’avais imaginé le livre sous la forme d’un essai journalistique sur les arnaqueuses des Années folles, puis peu à peu l’envie est venue de n’en choisir que quelques-unes, de me mettre dans leur tête et de raconter leur histoire sous forme d’un roman, avec du suspense, de l’émotion, pour donner envie de savoir ce qui va leur arriver, » confie-t-elle.

Les vies tumultueuses de Maria Darcy, Marthe Hanau et Renée Saffroy, trois femmes de milieux sociaux différents, composent ainsi un tableau réaliste de la société de l’époque, ces années 1920 où les femmes ne pouvaient pas travailler ni gérer leurs biens sans l’autorisation de leur mari, où elles n’étaient pas admises dans l’enceinte de la Bourse, où une femme seule ne pouvait quasiment pas avoir de ressources. Marthe, autodidacte de la finance, est la plus connue des trois, pour avoir inspiré le personnage interprété par Romy Schneider dans le film La Banquière de Francis Girod. La très gouailleuse Maria, d’un milieu plus modeste est devenue reine des recéleuses de Montmartre et Renée la bourgeoise, quant à elle, n’a eu de cesse de vouloir vivre la vie de château aux quatre coins de la France en manipulant des hommes bien nés.

« Ces aventurières, comme on les désignait dans la presse de l’époque, n’étaient pas des porte-drapeaux féministes, elles ne revendiquaient pas de droits, mais elles les ont pris, par leur manière de penser, d’agir, de se comporter. Femmes nées au 19e siècle, elles ont incarné une autre voie que celle qui leur était tracée, passer de la coupe du père à celle du mari : épouse puis mère » précise Marina Bellot. À leur manière, Maria, Marthe et Renée se sont acheté une vie libre… et romanesque.

Les Arnaqueuses des Années folles, Marina Bellot (Tallandier). Plus d’infos ici.

Rencontre avec Marina Bellot à la librairie Point de côté : jeudi 5 septembre à 18h.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×