Vous êtes dans : Accueil La Ville Egalité femmes hommes Egalité Femmes Hommes : Suresnes reçoit le Prix Territoria d'Or

Egalité Femmes Hommes : Suresnes reçoit le Prix Territoria d'Or

La Ville de Suresnes vient d'être distinguée en recevant, mercredi 25 novembre 2015 au Sénat, le Prix Territoria d'Or dans la catégorie Civisme et citoyenneté pour sa politique volontariste de l'égalité femmes hommes dans tous les domaines de la vie de la Cité.

Le jury de l'Observatoire Territoria a récompensé l'approche globale et systématique dont fait preuve la ville de Suresnes, en plaçant l'égalité femmes hommes au cœur de toutes ses politiques publiques.

Après avoir adhéré dès 2011 à La Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, la ville a d'abord mené un diagnostic détaillé de la situation sur son territoire qui a fait apparaitre les domaines dans lesquels les inégalités entre les femmes et les hommes demeuraient importantes, dans la sphère professionnelle comme dans la sphère privée, et a permis de dégager des chantiers prioritaires.
Un plan d'actions - qui en compte aujourd'hui 71 - a ensuite été adopté sur des thématiques aussi diverses que l’égalité professionnelle, le soutien à la parentalité, l’accès à la culture ou au sport, les structures d’accueil des enfants ou la prévention des violences faites aux femmes.

C'est cet engagement municipal, dans chaque domaine de compétences de la Ville, que le Prix Territoria d'Or distingue.

 

"La question de l'égalité entre les femmes et les hommes se nourrit de bien des paradoxes.

La place des femmes n'a cessé de progresser dans notre société, elle fait l'objet d'une réaffirmation politique constante qui  ne suscite plus d'opposition sérieuse,  et en théorie rien de ne devrait plus entraver l'égalité juridiquement garantie.

Et cependant,pour peu qu'on examine les indicateurs de la pratique sociale,l'égalité réelle des droits et des traitements apparait comme un mirage qui n'a de cesse de se dérober quand on croit l'avoir atteint.

Trop de femmes se heurtent encore aux préjugés et au fameux plafond de verre qui brident leur ascension professionnelle, limitent leur participation à la vie publique et font peser sur elles la plus grande part des contraintes domestiques et familiales.

Ce constat nous l'avons nous aussi dressé à Suresnes quand,en 2011, nous avons décidé d'agir différemment pour faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une priorité des politiques publiques.

Quatre ans après, ce prix que nous avons l'honneur de recevoir est, me semble t-il, porteur de deux messages essentiels.

D'une part, le statu quo n'est pas une fatalité: la volonté politique peut changer la donne. Nous avons commencé à le faire et nous allons continuer.

D'autre part, c'est à l'échelon local, que l'on peut concrètement orienter des politiques publiques, en les ancrant dans la réalité humaine d'un territoire.

Tel est le credo de La Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, promue par l’Association Française des Communes et des Régions d’Europe (AFCCRE) à laquelle nous avons adhéré en 2011 et qui s'est révélée parfaitement adaptée aux besoins des collectivités locales.

Dans un premier temps, nous avons mené un diagnostic détaillé de la situation à Suresnes qui ne s'est pas limité à notre seule responsabilité d'employeur, mais a embrassé  tous les domaines de la vie de la Cité. Cette phase s’est révélée déterminante en faisant apparaitre de manière objective les domaines dans lesquels les inégalités demeuraient importantes, dans la sphère professionnelle comme dans la sphère privée, et de dégager des chantiers prioritaires.

Dans un deuxième temps, nous avons défini un plan d'actions - qui en compte aujourd'hui 71 - sur des thématiques aussi diverses que l’égalité professionnelle, le soutien à la parentalité, l’accès à la culture ou au sport, les structures d’accueil des enfants ou la prévention des violences faites aux femmes. En 2015, 78 % des actions du plan avaient été réalisées. 

Je n'en citerai que quelques unes: l’inscription du critère de mixité et de développement du sport féminin pour l’attribution des subventions municipales aux clubs sportifs,  la ½ part supplémentaire dans le calcul du quotient familial pour les familles monoparentales, la priorité d’admission en crèche pour les enfants dont les mères sont en situation de précarité ou d’insertion professionnelle, la parité pour l’attribution des aides  municipales de type bourse Bafa ou permis de conduire, ou la sensibilisation aux stéréotypes sexistes pour les professionnels de l’éducation.

Car la particularité de cette approche globale et systématique est d'avoir placé la question de l'égalité femmes/hommes  au cœur de toutes les politiques publiques. Elle a fait entrer dans nos mentalités la nécessité d'évaluer les décisions au regard du critère de l'égalité entre les sexes et de produire à cette fin des données sexuées, ce qui n’était pas jusque-là dans la « culture » de l’administration.

Mais sa première vertu est d’avoir contribué à un travail en profondeur sur les mentalités en diffusant la culture de l'égalité au sein des services et de la population, ce qui est au fond le levier le plus sûr pour faire avancer cette cause. Car s’il faut une volonté politique résolue pour promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes,celle-ci n'a pas de couleur politique.

J’ai toujours refusé de m’immiscer dans les polémiques stériles (comme le fameux débat sur le « genre »), qui ont parfois contribué à affaiblir l’adhésion de la population en faveur de la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes. Celle ci est pourtant une valeur fondamentale de notre République, à la portée constitutionnelle, qui devrait aujourd’hui faire consensus face aux menaces dont elle est encore trop souvent l’objet.

Ma conviction est que nous gagnerons tous à ne plus nous priver de 50% de nos talents. Partout où les Droits des Femmes sont reconnus et respectés, l’Humanité entière bénéficie d’un surcroît de bien-être et de prospérité. C'est cette vérité que nous avons choisi de faire avancer à l'échelle de notre commune."

Christian DUPUY
Maire de Suresnes
Vice-président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine

Partager :